Ma position sur le nucléaire civil

Le nucléaire est une source d'énergie tout à fait formidable, propre et efficace. A priori magique, mais en fait, la plupart des gens peut comprendre le fonctionnement d'une centrale nucléaire assez rapidement, aucun besoin d'être physicien pour ça. D'ailleurs, la physique nucléaire était étudiée (OK, disons survolée) en terminal ou en 1ère à mon époque. Je ne sais ce qu'il en est aujourd'hui. Il existe sur internet de multiples sources d'infos qui expliquent comment fonctionne une centrale nucléaire (http://fr.wikipedia.org/wiki/Centrale_nucléaire)

Le nucléaire aujourd'hui est contesté pour de multiples raisons. Une page très intéressante regroupe la plupart des objections fréquentes sur le nucléaire civil : http://www.manicore.com/documentation/articles/idee_nucleaire.html

L'auteur de la page réfute une à une ces raisons. Je n'ai pas tout analysé. Je me suis concentré sur une seule raison, celle qui me touche : Le nucléaire est une activité très dangereuse.

L'auteur réfute cet argument en présentant le nombre de morts et blessés par type de catastrophes industrielles entre 1970 et 1998

et en tire le tableau suivant :
Titre : Dangerosité de la production d'électricité
Légende : Morts par GW électrique par an, conditions normales d'exploitation
Charbon : 1,3 à 17
Pétrole : 1,5 à 11,1
Nucléaire : 0,3 à 3

Le nucléaire serait donc le moins dangereux. CQFD

Cette présentation est une tromperie. On ne peut pas évaluer le risque nucléaire de cette manière. Le passé et le recul que nous avons sur le nucléaire ne permet en rien de prévoir la dangerosité du nucléaire (au contraire du charbon et du pétrole). Même si le nucléaire n'avait jamais fait aucun mort, si nous n'avions jamais connu d'accident supérieur à 5, cela ne prouverait rien. Car on ne peut pas tirer de tels enseignements sur des événements aussi improbables et sur une histoire aussi courte. En fait, il n'y a heureusement jamais eu d'accident nucléaire majeur (celui qui rendrait une région ou un petit pays inhabitable).

Au loto, on ne calcul pas son espérance de gagner le gros lot en regardant combien de fois on l'a déjà gagné.

Comment évaluer correctement la dangerosité du nucléaire ?

Il y a une chose à faire : des experts indépendants doivent, pour chaque centrale, élaborer le pire "scénario catastrophe" : que se passerait-il si le pire arrivait : terrorisme/guerre (avion ou missile sur une centrale), erreurs humaines en chaine, sabotage, tremblements de terre. Si ce scénario improbable mais possible conduit à la possibilité de rendre inhabitable une région, il faut prévoir l'arrêt de la centrale.

Pourquoi ?


Par principe de précaution

Même si la probabilité de l'accident est très réduite, le nucléaire introduit dans l'histoire humaine la notion de risque majeur. Ce n'est plus seulement une population statistique définissable qui est concernée mais, potentiellement, l'espèce elle-même.
C'est également le sentiment de Jacques Ellul qui soutient que « la question de la possibilité [du risque technologique majeur] éclipse celle de sa probabilité »
Pour ces auteurs, le principe de précaution exige donc la prévention des risques liés au nucléaire en raison de la possibilité, même faible, d'une catastrophe.

source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Débat_sur_l'énergie_nucléaire

Je m'aligne totalement sur cette position.

Qu'est ce que le principe de précaution ?

L'absence de certitudes, compte tenu des connaissances scientifiques et techniques du moment, ne doit pas retarder l'adoption de mesures effectives et proportionnées visant à prévenir un risque de dommages graves et irréversibles à l'environnement à un coût économiquement acceptable.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Principe_de_précaution

On prend des risques tous les jours, par exemple lorsque l'on prend sa voiture en famille pour aller en vacances.

Il ne s'agit pas d'un risque majeur. On ne risque pas de rendre une région inhabitable (sauf à destination, mais seulement pendant la durée des vacances :)

Quand arrêter ?

Il ne s'agit pas d'arrêter toutes les centrales dans l'heure, ni même dans l'année. En effet, cela n'aurait pas un "coût économiquement acceptable".

Il s'agit de faire tous les efforts économiques possible pour remplacer ces centrales par des solutions dont le risque majeur est nul. Un effort considérable sur les énergies renouvelables est possible. Elles sont aujourd'hui plus polluantes ? peu importe, elles ne présentent pas le risque majeur du nucléaire, et on peut travailler à les rendre plus propres.
Il s'agit aussi de faire tous les efforts économiques possible pour économiser l'énergie. Il ne s'agit plus de demander aux enfant "d'éteindre la lumière pour sauver la planète" (le discours écologique s'est discalifié avec cet argument), mais de s'occuper des gros consommateurs d'électricité en priorité, de faire traiter le sujet de manière industrielle et systématique par des ingénieurs.

Il ne s'agit pas non plus d'attendre "tranquillous" que le progrès technologie "naturel" rende le nucléaire obsolète. Il faut le rendre obsolète par un volontarisme fort, "à marche forcée".

Ensuite, on remplace les centrales une par une, à chaque fois qu'on a réussit à remplacer une centrale par une solution alternative.
Bien sûr, on ne construit plus de nouvelle centrale.

C'est impossible. Il faudrait 10 surfaces comme la France pour compenser toutes nos usines nucléaires ?

Non, absolument faux. C'est peut être vrai dans l'état actuel de nos connaissances (et encore, je n'ai pas vérifié), mais l'énergie totale absorbée par la terre sur une année est de 3 850 zettajoules ; par comparaison, l'ensemble des usages humains de l'énergie, 0,5 ZJ dont 0,06 ZJ sous forme d'électricité. Il faudrait donc récupérer 0,0000002 % (2.10^-7) de l'énergie absorbée pour satisfaire à tous nos besoins en électricité. D'autant qu'il est nul besoin de tout transformer en électricité. On peut faire de l'eau chaude directement avec le soleil par exemple, sans passer par l'électricité. (http://fr.wikipedia.org/wiki/Énergie_solaire). L'homme peut le faire, si c'est dans ses objectifs et s'il s'agit d'une priorité internationale.

OK, et alors ?
Faisons affluer l'argent, commençons par chercher, nous verrons bien.

D'où vient l'argent ?
On repriorise certains financements publics. Et on augmente significativement le prix de l'énergie car on ne paye pas aujourd'hui l'énergie à sa juste valeur. Cela permet dans le même temps de motiver les économies d'énergie. Le nucléaire civil a aussi demandé énormément d'investissements financiers en son temps. Il faut pomper et injecter des dizaines de milliards d'euros.

Qui fait ce travail de recherche et de mise en place industriel?
Nos ingénieurs, nos ouvriers, nos chercheurs et nos commerciaux. Les mêmes qui s'occupent aujourd'hui du nucléaire. Areva, etc. Et on peut exporter ces technologies pour faire rentrer l'argent.

Quels bénéfices ?
Nous pouvons accélérer l'obsolescence du nucléaire, et par exemple mettre 10 ans à en sortir au lieu de 30 ans. Le bénéfice est donc de diminuer notablement la possibilité d'un risque majeur.

1 commentaires:

Benjamin a dit…

J'aime cette façon de voir les choses. Je pense que deux éléments sont indispensables pour en arriver là :
- Communication auprès de l'Etat et mise en place d'un financement public
- Communication auprès des entreprises privés en relation proche avec le nucléaire (Areva par exemple) et mise en place de personnes qualifiées sur la recherche + financement privé sur ces recherches
L'argent est là, les hommes qualifiés aussi. Malheureusement, l'Homme est avide et le sort du nucléaire repose sur ceux qui en profite financièrement.
Benjamin.

top